un RESEAU proche de VOUS!

nos PHARMACIENS a votre ECOUTE

la FIDELITE RECOMPENSEE

PRIX BAS à l'annee!

L’homéopathie en tourment

La Haute Autorité de Santé (HAS) a été saisie par le ministère des Solidarités et de la Santé pour évaluer le bien-fondé du remboursement des médicaments homéopathiques depuis mars 2019. C’est ce vendredi 28 Juin qu’elle a rendu public son rapport, malgré quelques fuites dans la presse quelques heures avant.

L’homéopathie, des médicaments pas comme les autres

L’homéopathie est une médecine douce, reconnue par les autorités de santé française et pratiqué depuis plus de 300 ans. Basé sur un fondement très ancien que ce qui pourrait faire du mal à certaines doses ferait l’inverse à doses infinitésimales comme soulager des symptômes, se protéger de maladies et accompagner des traitements plus lourds. Pour obtenir ces produits, des dilutions successives d’une solution mère sont incorporés dans des petites billes de sucres, de la poudre ou bien d’autres supports. Cette médecine correctement encadrée par des médecins généralistes avec une spécialisation homéopathie, ne présente pas de danger et peut être utilisé pour des nourrissons comme des personnes âgées.

Les mécanismes amenant au déremboursement de l’homéopathie

Les mécanismes d’action de l’homéopathie sont malheureusement peu connus. L’ensemble des médicaments homéopathique s’appuie sur des résultats. Certaines souches ont été reconnues comme efficaces validant ainsi la méthode. L’ensemble des autres souches ont par conséquent été validée comme telle. Le manque de formation des professionnels de santé à cette approche (environ 30% des médecins) a fini par entraîner une scission nette entre pro et anti-homéopahtie. La bataille entre ces 2 groupes a naturellement entrainé les autorités compétentes à devoir trancher et la HAS s'est positionné pour le deremboursement. Le manque d’études (il en existe quand même !) ou des études inadaptées semble ne pas permettre le maintien de son remboursement. Le gouvernement, qui avait saisit la HAS en août dernier, ne semble cependant pas pressé de trancher ...

Position vis-à-vis de l’homéopathie

Selon un sondage de l’institut Odoxa en 2019, la moitié des français ont recours à l’homéopathie pour se soigner. Reconnu comme médecine douce, elle ne présente pas de danger direct. Seul le mauvais encadrement peut amener un risque, c’est-à-dire par une personne n’ayant pas de diplôme valide de médecine générale. C’est la raison pour laquelle, malgré toute décision des HAS, vous pourrez continuer à vous soigner en homéopathie, avec les mêmes praticiens qu’aujourd’hui.

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS

Ajouté le 27 juin 2019 à 12:26

Groupe Rocade

Adresse : 3 Rue du cristal, 33380 Marcheprime

Email :